Via un reportage, ADNR Formations met à l’honneur ces apprenants qui ont passé leur mémoire. Nous vous présentons Emilie qui nous a proposé un mémoire très enrichissant sur l’impact de l’hygiène de vie dans la prise en charge de l’endométriose

Bonjour Emilie,

Tout d’abord bravo pour votre réussite de soutenance de mémoire. Merci d’accepter de nous en parler et de partager avec nos lecteurs. Quel était votre thème de mémoire, pourquoi l’avoir choisi ? :

Le thème de mon mémoire était l’impact de l’hygiène de vie dans la prise en charge de l’endométriose. J’ai choisi ce sujet par rapport à mon histoire personnelle. Il y a un 5 ans on m’a diagnostiqué cette pathologie et malgré des médicaments puissants (dérivés d’opium, anti-épileptique, etc) les médecins n’arrivaient pas à calmer mes douleurs. J’ai eu la chance de rencontrer un médecin de la douleur ouvert d’esprit, pratiquant la méditation. C’est elle qui m’a mise sur la piste que des changements dans mon hygiène de vie pourraient m’aider. J’ai commencé par faire des modifications dans mon alimentation et à pratiquer le yoga et la méditation. La rencontre avec une médecin anesthésiste et hypnotiseur a eu un vrai impact sur la gestion de la douleur. Encouragée par ses progrès j’ai continuer à me renseigner et je suis tombé sur le sujet de la naturopathie. Je peux dire que ma pathologie m’avait vraiment ouvert la voie et j’aimerais maintenant pouvoir partager ce que j’ai appris pour aider toutes ces femmes qui souffrent.

Quels axes avez-vous décidé de mettre en avant ? : J’ai abordé le thème selon les 3 piliers principaux que sont l’hygiène nutritionnel, physique et l’équilibre psycho-émotionnel. Ils sont indissociables les uns des autres si on veut de vrais résultats qui durent. J’ai ajouté des outils tels que la phytothérapie qui a une vraie place pour accompagner cette pathologie.

Dans l’élaboration de votre mémoire avez-vous eu contact avec des professionnels de santé et/ou des professionnels de la naturopathie pour compléter l’accompagnement de l’équipe pédagogique ?

Non

Comment voyez vous votre évolution dans le milieu de la naturopathie maintenant que vous avez réussi votre formation ? Pensez-vous ouvrir un cabinet ? Devenir salarié ? …

J’aimerais partager mon temps entre des consultations, des ateliers et pourquoi pas des retraites. Je suis également professeur de yoga et je pense qu’il y a une vraie complémentarité. Je ne souhaite pas m’enfermer dans un cabinet 7/7 jours car je perdrais le contact avec le monde extérieur et nous sommes, selon moi, dans un métier où il faut toujours être à jour et continuer à se former toute sa vie.

Pensez-vous générer des synergie avec d’autres professionnels ?

J’aimerais beaucoup travailler avec des équipes pluri-disciplinaires. J’ai pu tester l’importance d’avoir plusieurs cordes à son arc pour l’endometriose. Chaque cas est différent, tout le monde a un passif et une sensibilité différente, certaines personnes réagissent très bien à l’acupuncture, d’autres préfèrent l’ostéopathie, il faut vraiment rester ouvert et partager avec les différentes disciplines.

Au cours de ces quelques mois passés en votre compagnie nous avons eu à cœur de partager avec vous un maximum de connaissances. Et encore une fois, bravo pour votre réussite. Pour conclure, si vous aviez quelques mots pour votre école, quelques seraient-ils ?

Une équipe pédagogique au top, toujours à l’écoute et réactive. J’ai beaucoup aimé le contact (qui était pourtant à distance).

Merci beaucoup pour ce partage, nous reviendrons vous rendre visite dans quelques mois pour avoir de vos nouvelles ! Nous vous souhaitons beaucoup de succès

Alexandra ATTALAUZITI, directrice ADNR Formations