Le sujet de la communication et de l’écoute active est très large, de nombreux ouvrages peuvent nous guider, nous accompagner sur le chemin du mieux communiquer.

De grand Monsieur comme Carl Rogers, psychologue américain nous permettent de mieux comprendre l’autre (le client).

Il a présenté une approche humaniste de la psychologie, basant ses travaux sur ceux de Maslow.

Ce courant humaniste reconnait la richesse et la diversité de l’expérience humaine. Il est influencé par l’approche phénoménologique d’Husserl.

C’est un courant philosophique de la fin du XIXème siècle né en Allemagne et qui s’est développé dans le reste du monde.

Définition de la phénoménologie : c’est une étude descriptive de tous les phénomènes qui s’offrent à l’expérience du sujet. Il s’agit du monde de l’expérience tel qu’il est et non tel qu’il devrait être. C’est une approche épistémique du monde.

Le postulat de Carl Rogers :

Selon lui, notre tendance à juger et à évaluer autrui, notre habitude à approuvé ou à désapprouver autrui constituent des barrières communicationnelles.

La personne ne peut s’exprimer librement, spontanément.

Ces obstacles qui peuvent être observables doivent être éliminés dans une situation thérapeutique ou dans une relation client et praticien de bien être.

D’où l’importance de l’attitude du Praticien.

Il existe différentes attitudes interindividuelles, cinq selon Abric qui s’inspire des travaux de Porter :

Attitude d’interprétation : lorsque l’on ajoute des informations afin de rendre compte de ce que l’on croit comprendre. La relation est asymétrique : l’un détient le savoir, l’autre vient demander de l’aide. Il s’agit d’une relation hiérarchisée ce qui a pour conséquence d’altérer l’authenticité dans la parole du sujet et donc une altération du climat relationnel. Le sujet peut ressentir de la peur d’être jugé, d’être évalué.
Attitude d’évaluation : lorsque l’on donne son avis, un jugement… Relation de dépendance là aussi car la personne qui est évaluée peut ressentir le besoin de se faire accepter et prendre une posture défensive. Ce qui génère un manque de spontanéité dans la relation.

Attitude d’aide et de conseil : conseiller autrui sur son comportement… cela peut aboutir à un désinvestissement de la part du sujet dans sa recherche de solution. Le thérapeute doit faire attention à ne pas se substituer au sujet. Le discours d’autrui peut être superficiel.

Attitude de questionnement : poser des questions pour guider autrui dans sa réflexion ce qui peut avoir pour conséquence de ne pas le laisser libre dans sa démarche réflexive. Cette attitude peut conduire autrui à avoir un discours linéaire qui l’empêche de donner du sens avec ses propres repères.

Ces quatre attitudes ont un effet délétère sur l’expression du sujet et sur le climat relationnel.

Attitude compréhensive : attitude optimale dans la situation de communication, selon Abric et Porter.

C’est une approche non directive qui vise à favoriser l’expression libre, authentique, spontanée du sujet car la personne se sent écoutée et comprise.

Le type de relation dans l’interaction dépend des attitudes développées par les deux protagonistes ainsi que des attitudes constitutives de la dynamique et du climat relationnel qui se développe entre eux.

Tous les formateurs d’ ADNR FORMATIONS sont conscients que le « mieux communiquer » est un travail quotidien. Nous avons mis en place depuis plusieurs années un cours théoriques que nous proposons a tous nos élèves avant les modules pratiques

Vous souhaitez avoir plus de connaissances en communication et écoutes ?

Nos formateurs vous proposent un cours de communication et écoute en e-learning de 20 heures

 

 

Type your Comment